Etudes sur la résidence ALTERNEE

Garde alternée - Résidence alternée - garde conjointe - coparentalité




Consensus dit de Richard Warshak  (2017) :


 

R. A. Warshak, Stemming the tide of misinformation: International consensus on shared parenting and overnighting. Journal of the American Academy of Matrimonial Lawyers, 30 (2017)

Le consensus international dit de Richard Warshak est une méta-analyse des études universitaires publiés ces 50 dernières années, et qui a été validé par 110 experts et praticiens. C'est à ce jour l'une des plus importantes méta-analyse dans ce domaine. plusieurs années après sa publication, les recommandations du rapport Warshak ont toutes été  confirmées par les nouvelles études.

Ce rapport a permis d'apporter une réponse scientifique aux pseudo-théories psychanalytiques sur l'attachement de l'enfant. Le rapport met en évidence que lorsque l'on cherche a maximiser l'intérêt de l'enfant,  il convient de favoriser le partage des responsabilités parentales entre le père et la mère, y compris en terme de nombre de nuité et y compris pour les jeunes enfants.

 

Résidence altérnée : Etude  portant sur 164 580 enfants âgés de 12 et 15 ans (2013) :


 

Bergström, M., Modin, B., Fransson, E. et al. Living in two homes-a Swedish national survey of wellbeing in 12 and 15 year olds with joint physical custody. BMC Public Health 13, 868 (2013).

Contexte de l'étude :

La pratique de la garde physique conjointe, où les enfants passent le même temps au domicile de chaque parent après leur séparation, est en augmentation dans de nombreux pays. Elle est particulièrement courante en Suède, où cet accord de garde s'applique à 30% des enfants dont les parents sont séparés. Le but de cette étude était d'examiner la qualité de vie des enfants liée à la santé après la séparation parentale, en comparant les enfants vivant avec les deux parents dans des familles nucléaires à ceux vivant en garde physique conjointe et d'autres formes d'arrangements domestiques.

Méthode de l'étude : 

Les données d'une étude nationale suédoise en classe de 164 580 enfants âgés de 12 et 15 ans ont été analysées par une modélisation de régression linéaire à deux niveaux. Les scores Z ont été utilisés pour égaliser les échelles pour dix dimensions du bien-être à partir de l'indice KIDSCREEN-52 et de l'indice KIDSCREEN-10 et analysés pour les enfants en garde physique conjointe par rapport aux enfants vivant dans des familles nucléaires et principalement ou uniquement avec un parent.

Résultats : 

Vivre dans une famille nucléaire était positivement associé à presque tous les aspects du bien-être par rapport aux enfants dont les parents étaient séparés. Les enfants en garde physique conjointe ont connu des résultats plus positifs, en termes de bien-être subjectif, de vie familiale et de relations avec leurs pairs, que les enfants vivant principalement ou uniquement avec un parent. Pour les 12 ans, les coefficients bêta de l'humeur et des émotions variaient de −0,20 à −0,33 et les relations avec les pairs de −0,11 à −0,20 pour les enfants en garde physique conjointe et vivant principalement ou uniquement avec un parent. Les estimations correspondantes pour les jeunes de 15 ans variaient de −0,08 à −0,28 et de −0,03 à −0,13 sur ces sous-échelles. Les jeunes de 15 ans en détention physique conjointe étaient plus susceptibles que les 12 ans de déclarer des niveaux de bien-être similaires pour la plupart des résultats aux enfants des familles nucléaires.

Conclusions

Les enfants qui ont passé un temps égal à vivre avec leurs deux parents après une séparation ont déclaré un meilleur bien-être que les enfants confiés principalement à un seul de leur parent. Cela était particulièrement vrai pour les jeunes de 15 ans, tandis que le bien-être déclaré des jeunes de 12 ans était moins satisfaisant. Il est nécessaire de poursuivre les études qui peuvent prendre en compte le contexte avant et après la séparation des familles individuelles et le bien-être des groupes d'âge plus jeunes en détention physique conjointe.


Etude portant sur 7707 adolescents agés de 16 à 19 ans (2017)


Divorce et structure familiale en Norvège: associations avec la santé mentale des adolescents, Sondre Aasen Nilsen ,Kyrre Breivik ,Bente Wold et Tormod Bøe, Pages 175-194 | Publié en ligne: 06 déc 2017


Le but de cette étude était d'examiner la relation entre la structure familiale et la santé mentale des adolescents, après l'augmentation considérable du nombre de parents divorcés choisissant la garde alternée en Norvège.

Les données proviennent de l'étude youth @hordaland, une enquête démographique menée en Norvège en 2012. Au total, 7 707 adolescents (47% d'hommes) âgés de 16 à 19 ans ont été inclus dans cette étude. Les adolescents ont été classés en 6 structures familiales.

La santé mentale a été mesurée à l'aide du questionnaire SDQ (Strenghts and Difficulties Questionnaire (SDQ) (Goodman, 2001) se présentant sous forme d’items décrivant des comportements adaptatifs et maladaptatif).

L'étude permet de conclure qu'aucune différence significative n'a pu être constaté entre les familles non divorcées (famille de référence) et les familles en résidence alternée. Par contre, les adolescents des familles monoparentales ou avec un beau-père ont obtenu un score significativement plus élevé sur les 3 échelles SDQ, et les adolescents des familles avec une belle-mère ont obtenu des scores significativement plus élevés sur le total du questionnaire SDQ et ses échelles d'externalisation .

En conclusions, les résultats de cette étude indiquent que les adolescents vivant en résidence alternée n'ont pas plus de problèmes de comportement que ceux vivant dans des familles non-divorcés.  

Etude sur la garde alternée portant sur 3656 enfants de 3 à 5 ans (2017)


Preschool children living in joint physical custody arrangements show less psychological symptoms than those living mostly or only with one parent, Malin Bergström, Emma Fransson, Helena Fabian, Anders Hjern, Anna SarkadiRaziye Salari, 07 September 2017

 Objectif de l'étude :

La garde alternée ou résidence alternée, où les enfants passent environ le même temps au domicile des deux parents après la séparation parentale, est en augmentation. La pertinence de cette pratique pour les enfants d'âge préscolaire, avec un besoin de prévisibilité et de continuité, a été remise en question.

Les méthodes :

Dans cette étude transversale, nous avons utilisé des données sur 3656 enfants suédois âgés de trois à cinq ans vivant dans des familles intactes, JPC, principalement avec un seul parent ou une seule personne. Des analyses de régression linéaire ont été menées avec le questionnaire sur les forces et les difficultés, rempli par les parents et les enseignants du préscolaire, comme mesure des résultats.

Résultats :

Les enfants en résidence alternée présentaient moins de problèmes psychologiques que ceux vivant principalement (B 1,81 ajusté; IC 95% [0,66 à 2,95]) ou seulement avec un parent (B 1,94 ajusté; IC 95% [0,75 à 3,13]), dans les rapports parentaux. Dans les rapports des enseignants du préscolaire, les Bêtas ajustés étaient respectivement de 1,27, IC à 95% [0,14 à 2,40] et 1,41, IC à 95% [0,24 à 2,58]. Dans les rapports des parents, les enfants en résidence alternée et ceux des familles de parents non séparés ont eu des résultats similaires, tandis que les enseignants ont signalé des scores de symptômes non ajustés inférieurs pour les enfants des familles non séparés.

Conclusion :

Les accords de garde physique conjointe n'étaient pas associés à davantage de symptômes psychologiques chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, mais des études longitudinales sont nécessaires pour tenir compte des différences potentielles avant la séparation.

Etude portant sur la méta-analyse de 40 études scientifiques sur la résidence alternée (2014)


Shared Physical Custody: Summary of 40 Studies on Outcomes for Children, LINDA NIELSEN, Department of Education, Wake Forest University, Winston-Salem, North Carolina, USA, Journal of Divorce & Remarriage, 55:614–636, 2014.

Résumé : L'un des problèmes les plus complexes  auxquels parents et professionnels impliqués dans les questions liées aux gardes d'enfants est la suivante: quel système de résidence est le plus bénéfique pour les enfants après la séparation de leurs parents? Plus précisément, les résultats sont-ils meilleurs ou pires pour les enfants qui vivent avec chaque parent au moins 35% du temps par rapport aux enfants qui vivent principalement avec leur mère et passent moins de 35% du temps à vivre avec leur père?

Cet article aborde cette question en résumant les 40 études qui ont comparé les enfants dans ces deux types de familles au cours des 25 dernières années. Globalement, les enfants en résidence alternée avaient de meilleurs résultats sur les mesures de leurss émotions, le bien-être comportemental et psychologique, ainsi qu'une meilleure santé et de meilleures relations avec leurs pères et leurs mères, avantages qui subsistent même en cas de conflit élevé entre leurs parents.

Etude enfants belges sur la résidence alternée (2019)


Résumé : En ce qui concerne les modalités de garde après un divorce, il y a eu une évolution de la garde exclusive (principalement par les mères) à la résidence alternée après le divorce. Dans certains pays, la résidence alternée est même devenue le principal système de garde légal. On pense que la résidence alternée, qu'elle soit mise en œuvre dans la législation ou non, est dans l'intérêt supérieur de l'enfant, car les enfants peuvent façonner une relation après le divorce avec leur mère et leur père. Néanmoins, de nombreuses études sur la garde physique conjointe se concentrent uniquement sur les résultats des enfants. Cette étude vise à examiner les relations parent-enfant et si la garde physique conjointe fournit un meilleur cadre pour les relations parent-enfant que les accords de garde exclusive. L'étude complète la littérature existante en incluant à la fois la relation mère-enfant et la relation père-enfant. Nous étudions la résidence alternée comparativement à la garde maternelle unique, mais aussi à la garde paternelle unique. En utilisant un sous-échantillon dyadique de parents et d'enfants belges de l'ensemble de données Divorce en Flandre (N = 623), nous comparons deux indicateurs de la relation parent-enfant (communication parent-enfant et parentalité) pour les enfants dont les parents sont mariés, avec les enfants en résidence alternée, la garde maternelle unique et la garde paternelle unique. Les résultats indiquent que les dispositions de garde après le divorce affectent les relations parent-enfant,  et que  la résidence alternée, par rapport à la garde exclusive (par la mère ou le père), offre un meilleur cadre pour façonner une relation parent-enfant post-divorce avec les deux parents en termes de communications ouvertes et de soutien réciproques.

Impact du divorce sur les relations entre les enfants et le père (2019) 1225 enfants de 11 à 13 ans


Résumé :  L' expérience du divorce de ses parents peut causer des problèmes de santé et d'estime de soi, mais ces conséquences peuvent également être causées par des difficultées relationnelles avec l'un des parents ou les deux. 

Méthodes: Nous avons étudié l'impact de l' expérience du divorce des parents  dans une étude de cohorte longitudinale de deux ans. L'étude a été réalisée entre 2011 et 2013 auprès de 1225 élèves du collège (âgés de 11 et 13 ans en 2011). Nous avons utilisé des analyses logistiques binaires et des analyses de régression linéaire

Résultats:L'étude a révélé que l'expérience du divorce dégrade la relationde confiance entre les enfants et les pères.  

Conclusions: L'étude prouve un effet spécifique sur la perte de liens relationnels entre les pères et les enfants après le divorce ayant des répercussions prédictives sur la santé et l'estime de soi des adolescents au milieu de leur adolescence. Du point de vue de la santé publique, préserver la relation et la confiance entre les enfants et leurs pères après le divorce semble une tâche importante.

Extrait :

"Les résultats d'une étude longitudinale avec ajustement pour de nombreux facteurs antérieurs au divorce ont révélé les effets bénéfiques de la résidence alternée par rapport à la garde exclusive par la mère. 

Avec le soutien d'études empiriques, d'autres chercheurs soutiennent également qu'à l'exception des cas extrêmement conflictuels, la résidence alternée semble prévenir les troubles de santé chez les enfants et les adolescents. Par conséquent, un nouveau paradigme du droit de l'enfant a été promu, au travers d'obligations mutuelles des parents pour la garde des enfants. Ce paradigme vise à préserver la confiance et les relations avec les deux parents après le divorce en partageant les responsabilités de la parentalité."

Les conditions de vie des enfants en résidence partagée - l'exemple suédois (2017) 5000 enfants de 10 à 18 ans


 The Living Conditions of Children with Shared Residence – the Swedish Example, Fransson Emma,  Låftman Sara, Ostberg Viveca, Hjern Anders, Bergström, Child Indicators Research,  17 janvier 2017.

Résumé : Chez les enfants dont les parents sont séparés, la résidence partagée - c'est-à-dire la garde physique conjointe où l'enfant partage son temps également entre les foyers de deux parents gardiens - augmente dans de nombreux pays occidentaux et est particulièrement courante en Suède. Le niveau de vie global des enfants en Suède est élevé, cependant, les différences structurelles potentielles entre les enfants dans divers arrangements familiaux après la séparation n'ont jusqu'alors pas été suffisamment étudiées. Les risques potentiels pour les enfants en résidence partagée sont liés aux tracas quotidiens et au stress liés à deux foyers. Cette étude vise à étudier les conditions de vie des enfants en résidence partagée par rapport aux enfants vivant avec deux parents gardiens dans le même ménage et ceux vivant avec un parent gardien, respectivement. Les données de l'enquête nationale suédoise recueillies auprès d'enfants âgés de 10 à 18 ans (n ​​≈ 5000) et de leurs parents ont été utilisées. Les résultats ont été regroupés en: conditions économiques et matérielles, relations sociales avec les parents et les pairs, santé et comportements de santé, conditions de travail et sécurité à l'école et dans le quartier, culture et activités de loisir. Les résultats d'une série de modèles de probabilité linéaire ont montré que la plupart des résultats étaient similaires pour les enfants en résidence partagée et ceux vivant avec deux parents gardiens dans le même ménage, tandis que plusieurs résultats étaient moins bons pour les enfants vivant avec un seul parent. Cependant, peu de différences ont été constatées en ce qui concerne les conditions scolaires entre les enfants en résidence alternée et les enfants vivant chez un seul des parents. 

Les nourrissons et les tout-petits devraient-ils passer fréquemment du temps avec les pères pendant la nuit ? (2017) 230 enfants et méta-analyses d'études précédentes


Should Infants and Toddlers Have Frequent Overnight Parenting Time With Fathers? The Policy Debate and New Data.  Fabricius, William, Suh, Go Woon, Journal of  Psychology, Public Policy, and Law, 28 novembre 2016

Résumé : La question de savoir si les enfants de parents séparés de 2 ans et moins devraient passer fréquemment la nuit avec des pères non gardiens a fait l'objet de nombreux débats, mais peu de données sont disponibles. Contrairement à certaines constatations antérieures, la présente étude a révélé des avantages pour les relations parent-enfant associées aux nuitées (a) jusqu'à et y compris un nombre égal de nuitées au domicile des deux parents, (b) pour la mère-enfant à long terme et les relations père-enfant, et c) à la fois lorsque les enfants avaient 2 ans et lorsqu'ils avaient moins de 1 an. Ces avantages sont maintenus après contrôle des périodes parentales ultérieures avec les pères dans l'enfance et l'adolescence, l'éducation des parents et les conflits jusqu'à 5 ans après la séparation, ainsi que le sexe et l'âge des enfants à la séparation. Bien que les résultats n'établissent pas de lien de causalité, ils fournissent un solide soutien aux politiques visant à encourager un temps parental fréquent pendant la nuit pour les nourrissons et les tout-petits, d'autant que les avantages associés aux nuitées sont également valables pour les parents qui étaient initialement d'accord sur les nuitées que pour ceux qui n'étaient pas d'accord et sont passés par un plan parental imposé malgré les objections de l'un des parents. Les avantages observés pour la relation père-enfant à long terme sont cohérents avec les résultats d'études montrant que les pères qui sont plus impliqués avec les nourrissons et les tout-petits développent de meilleures compétences parentales et ont de meilleures relations avec leurs enfants.

Les familles monoparentales et l’école : un plus grand risque d’échec au collège ? (2012)


Laurette Cretin,  Bureau des études statistiques sur les élèves de l'éducation nationale, DEPP B1 -Éducation & formations n° 82,  décembre 2012, p.51

Extraits : Les études réalisées ces dernières années sur les panels montrent que les enfants de familles monoparentales ou recomposées rencontrent plus de difficultés scolaires que les autres. (..) Les élèves de familles monoparentales redoublent plus fréquemment à l’école élémentaire : le quart d’entre eux a redoublé au moins une fois contre seulement 14 % des écoliers vivant avec leurs deux parents (tableau 1). En particulier, ils sont plus nombreux à avoir redoublé le cours préparatoire. Un écart de réussite encore plus fort s’observe par rapport aux élèves qui sont en garde alternée chez leurs deux parents. (..) Ces premiers constats mettent en évidence une moindre réussite à l’école élémentaire et au collège des enfants de familles monoparentales comparativement à ceux qui vivent avec leurs deux parents. Ce risque plus grand d’échec scolaire réapparaît quand on compare la monoparentalité à d’autres configurations familiales. Ainsi, les enfants vivant en familles recomposées connaissent des difficultés scolaires sensiblement moins importantes que ceux vivant en familles monoparentales. Les élèves  vivant en garde alternée chez leurs deux parents connaissent en revanche une meilleure réussite que les autres ( NB : Ceci peut être relié au fait que les parents choisissant la garde alternée appartiennent à des milieux plus favorisés que les autres).

échec scolaire garde classique

échec scolaire garde classique


Nous contacter :


Ambroise Soreau
Avocat à la Cour

222 boulevard Saint-Germain
75007 Paris.

Téléphone : 01 48 42 01 81