Pourquoi choisir un cabinet d'avocat spécialisé dans la DÉFENSE des peres ?




Faire le choix d'un cabinet d'avocat engagé  pour l'égalité parentale :

Un avocat spécialisé dans la défense des pères est un avocat en droit de la famille qui assure une même ligne de défense quelque soit l'affaire se présentant devant le juge aux affaires familiales. A  savoir : le droit des pères et de leurs enfants à entretenir des relations satisfaisantes.

C'est un avocat qui considère que la résidence alternée,  l'égalité parentale sont des combats pour plus de justice familiale qui méritent d'être menés. C'est un avocat qui considère que les pères ne sont pas des parents de second rang et que l'intérêt des enfants commande qu'ils puissent aussi vivre un quotidien avec leur père.

Il est certains, et ce n'est un secret pour personne, que défendre les pères devant les juges aux affaires familiales est beaucoup plus difficile que de défendre les mères. Ces dernières obtenant très facilement la fixation de la résidence des enfants chez elles. Il faut donc faire preuve de  convictions et avoir une approche spécifique pour défendre au mieux les intérêts des papa.  La réalité c'est que beaucoup d'avocats en droit de la famille n'ont pas de convictions sur ces questions, ou ont des convictions opposées qu'ils dissimulent à leurs clients. D'où parfois le sentiment des clients de ne pas avoir été défendus à la hauteur des enjeux.

Ainsi, par exemple, certains avocat tantôt plaident pour la résidence alternée, tantôt contre. Souvent avec des arguments inverses, selon qu'ils défendent le père ou la mère. Parfois, dans la même matinée et devant le même juge ! La résidence alternée est alors vantée pour un enfant en bas âge, lorsque l'avocat ou l'avocate défend un père, puis curieusement fortement déconseillée lorsque le même avocat ou la même avocate défend cette fois la mère. 

Comment alors emporter la conviction des magistrats, garder leur égard une réelle crédibilité, lorsque l'on a des arguments à géométrie variable et contradictoires d'un dossier à l'autre ? Imagine t'on qu'un avocat spécialisé dans la défense des victimes de la route défendre avec conviction des personnes qui conduisent en état d'ivresse ou sans respecter les limitations de vitesse ? La réponse est bien évidemment non.

Pire,  certains avocats découragent les pères à demander la résidence alternée, ou tout simplement à agir en justice pour faire valoir leurs droits. C'est souvent un non sens. Un père ne risque rien à demander une résidence alternée. La seule chose qu'il risque c'est d'être débouté et surtout de perdre une chance de l'obtenir. Si il y a bien un adage dans le domaine du droit des pères, c'est celui-ci : seul les pères qui se sont "battus" pour avoir une résidence alternée voir la garde de leur enfant l'ont obtenu.

Choisir un cabinet d'avocat spécialisé dans la défense des pères c'est donc éviter de prendre le risque d'être défendu par un avocat qui n'a pas de conviction en la matière. C'est choisir un avocat en droit de la famille qui ne se résigne pas face aux stéréotypes et discriminations sexistes pour perpétuer un statu quo préjudiciable aux enfants, et à des générations de pères. 





Connaitre les pièges des audiences, des enquêtes médico-sociales, ou des échanges avec l'autre parent.

Un cabinet d'avocat plus expérimenté dans la défense des pères : 


Plus un cabinet d'avocat défend des pères, plus il apprend sur leurs difficultés et plus il est à même de défendre au mieux leurs intérêts en les orientant vers des stratégies qui ont été gagnantes pour d'autres pères dans d'autres dossiers.

C'est l'intérêt de la spécialisation. Elle multiplie les dossiers du même type et donc l'expérience et la connaissance. Chaque dossier accroît l'expérience et le prochain dossier profitera de l'expérience du précédent.

Dans une certaine mesure, chaque père est aidé par ceux qui l'ont précédé et que notre cabinet à défendu. À son tour, ce père aide les pères qui viennent après. Les pères qui obtiennent des décisions faisant jurisprudence posent des pierres essentielles pour plus de  justice familiale.

Les cabinets d'avocats qui travaillent avec les papas régulièrement ont ainsi appris au fil du temps, à mieux préparer les pères pour les audiences, à combattre efficacement les "fausses accusations", les stéréotypes dit "de genre", les opinions sur la résidence alternée qui relèvent plus du "café du commerce" que d'un débat juridique, les pseudo-théories d'origine psychanalytique  sur l'intérêt de l'enfant, les rapports d'expertises psychologiques ou les rapports d'enquête sociale manifestement orientés.

Une meilleure connaissance de la problématique des pères :


Les questions liées à la paternité sont un lieu où s'exercent des stéréotypes puissants au préjudice des pères. C'est particulièrement vrai lorsque se pose la question de la fixation de la résidence du ou des enfants. 

Les pères seraient prétendument moins aptes à s'occuper de leurs enfants ... Les enfants auraient plus besoins de leur mère que de leur père jusqu'à 3 ans, 5 ans 6 ans... La résidence alternée serait mauvaise pour les enfants... Il vaut mieux préserver la stabilité de l'enfant que la relation avec son père... Ce n'est pas la le temps que passe un père avec son  enfant qui compte mais la qualité de cette relation ...  etc. 

Tout ces préjugés, dans une certaine mesure d'un autre âge au regard des évolutions récentes de la société, sont  battus en brèches par des dizaines d'études. Nous avons maintenant des études longitudinales, ayant suivi des dizaines de milliers d'enfants, partout dans le monde, de leur naissance jusqu'a ce qu'ils rentrent dans l'âge adulte, pour savoir plus précisément où est l'intérêt de l'enfant. 

Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, beaucoup de juges aux affaires familiales sont ignorants et ce jusqu'a l'existence même de ces études. A chaque fois que nous avons posé la question à un juge pour savoir sur quelle base il appuyait son raisonement ou s'il pouvait citer une étude allant sans le sens des propos qu'il tenait nous n'avons obtenu aucune réponse. 









La cause des pères devant les JAF est un noeud qu'il faut apprendre à défaire

C'est ainsi que beaucoup de JAF continuent de privilégier la garde dite "classique" (e.g 4 jours par mois ou un 1 week-end sur 2), à ne pas suffisamment accorder de place aux pères,  alors même que les effets délétères à courts, moyens et longs termes sont maintenant parfaitement connus. 

Beaucoup de Juges aux affaires familiales continuent d'utiliser les mêmes motivations/critères depuis 50 ans (âge de l'enfant, stabilité etc.) alors que l'on sait désormais que si l'on cherche à prédire le bien-être d'un enfant,  sa stabilité émotionnelle, sa réussite scolaire,  son insertion professionnel, le facteur le plus impactant c'est le nombre de nuitées que l'enfant va passer chez chacun de ses deux parents. Tous les autres critères sont secondaires ou moins impactant. En la matière, comme en matière de climato-septicisme, l'ignorance ou le refus de prendre en compte ces études est condamnable.

Il y a aussi une énorme hypocrisie judiciaire dans l'utilisation des critères pour refuser la résidence alternée, puisque l'on sait que lorsque la mère est favorable à la résidence alternée elle est accordée 9 fois sur 10 (quelque soit l'âge notamment), et que lorsqu'elle y est opposée elle est refusée au père 8 fois sur 10. Le critère "caché" c'est en réalité l'acceptation ou le refus de la mère, tous les autres critères ne sont que prétextes.

Beaucoup de pères aussi ne sont pas correctement conseillés, ne reçoivent pas suffisamment d'informations sur leurs droits, les conséquences de la garde classiques sur leurs enfants. 

Un effort de pédagogie et d'information en la matière est donc importante. Les avocats défendant les pères suivent donc de très prêt, l'actualité en la matière et veillent à réactualiser en permanence leurs connaissances afin de fournir la meilleure défense et la meilleure information possible à leurs clients. Ils veillent à ce que les juges en soit informé pour qu'ils prennent des décisions éclairées s'agissant de l'intérêt de l'enfant. Ces stratégies font partie des meilleures stratégies en droit des pères.

Enfin, les avocats spécialisés dans la défense des pères n'ignorent généralement rien de l'épreuve que peut constituer pour les pères une séparation de leurs enfants car ils fréquentent au quotidien des pères en détresse, perdus ou découragés. Ils savent qu'ils sont exposés à ne presque plus voir leurs enfants, à devoir quitter le domicile familial, que certains d'entre eux risques de se retrouver en graves difficultés financières. Ils savent aussi qu'ils sont sur-exposés statistiquement aux risques de suicides, de dépressions, aux conduites addictives et aux pertes d'emploi. Une attention particulière est donc généralement portée à ces questions pour chacun de leurs clients.

 






Utiliser les meilleures stratégies juridiques pour les pères.

Les avocats en droit de la famille défendant les droits des pères cassent les mythes, les préjugés.


Le premier préjugé ou mythe que cassent les avocats en droit des pères, c'est qu'ils n'exercent pas pour demander la résidence chez le père et priver la mère de relations satisfaisantes avec ses enfants. Se ne sont pas des avocats contre les mères, se sont avocats qui accordent autant d'importance aux deux parents parce que cela est dans l'intérêt des enfants. Les avocats en droit de la famille qui défendent les pères sont donc avant tout des avocats militants pour l'égalité parentale. Se sont des avocats aux avant-postes de l'égalité hommes-femmes, et qui cherchent à faire tomber un des bastions d'une répartition genrée des rôles dans l'espace familial. Ce sont des avocats dans le sens de l'histoire. 

Le deuxième préjugé ou mythe que cassent les avocats en droit des pères, c'est que la famille, l'enfance, est un domaine féminin. Alors que la société encourage la mixité dans tous les domaines (sauf curieusement dans la justice familiale), qu'on en vante régulièrement les mérites, un justiciable qui rencontre la justice familiale a toutes les chances de rencontrer à tout les stades de son procès que des femmes (juges, avocates, enquêtrice sociale, expertes, greffières). Les avocats spécialisés dans la défense des pères portent une parole nouvelle, un regard différent, et c'est pour cette raison qu'ils obtiennent des résultats plus souvent différents.

Le troisième préjugé ou mythe que cassent les avocats des pères  c'est cette idée que l'on est défendu par une femme on sera plus écouté, car si une femme accepte de défendre un père c'est que ses demandes sont justes, sinon elle n'aurait pas accepté de rompre la solidarité féminine ou de faire des demandes préjudiciable à une mère ". C'est sur la base de ce même mythe que les auteurs de violences conjugales ou les agresseurs sexuels pensent qu'ils ne se feront pas condamner ou moins lourdement condamner si ils sont défendus par une femme et qui pourtant, au final ... sont condamnés, voir lourdement condamnés.

D'ailleurs, si en matière d'affaires familiales ce mythe était vrai, vu que l'immense majorité des avocats en droit de la famille sont en réalité des avocates, et que l'immense majorité des pères sont défendus par des avocates, la garde ne serait pas attribuée à la mère dans  80 % des cas. De plus, on peut ajouter qu'il y a de grande probabilité que la mère soit défendue par une avocate ce qui rend caduque le prétendu avantage d'avoir une avocate pour défendre son dossier.

La réalité c'est que ce n'est pas le sexe de l'avocat qui compte, mais ses compétences en droit des pères, sa force de conviction, son professionnalisme. Votre avocat consacrera-t-il le temps nécessaire à votre dossier ? Votre avocat traitera-t-il votre dossier personnellement ? Votre avocat a-t-il l'habitude de défendre les pères ? Utilise t-il les meilleurs stratégie pour les pères ? A t'il des convictions sur l'importance du rôle du père, sur l'égalité parentale ? Est-il en relation avec des avocats spécialisés dans la défense des pères pour partager ses connaissances et son expérience. Serais-je à l'aise pour discuter avec lui de tout les sujets relevant de ma vie familiale intime. Ce sont ces questions qu'il faut se poser.

Nous contacter :


Ambroise Soreau
Avocat à la Cour

222 boulevard Saint-Germain
75007 Paris.

Téléphone : 01 48 42 01 81